La foire aux questions du compostage

Les bonnes raisons de composter

  • Alléger vos poubelles ! 50% de déchets en moins dans vos poubelles grises.
  • Arrêter de brûler de l’eau ! Les déchets alimentaires sont composés à 90% d’eau. Les envoyer à l’incinérateur revient donc aujourd’hui à brûler de l’eau !
  • Éviter les émissions de gaz à effet de serre ! En valorisant vos déchets de cuisine sur place, vous évitez qu’ils soient transportés par camions et incinérés.
  • Parce que c’est une obligation réglementaire ! La Loi Anti-Gaspillage pour l’Économie Circulaire prévoit l’obligation du tri des déchets alimentaires d’ici fin 2023.
  • Votre jardin vous dira merci ! 100 % naturel, le compost apporte de la nourriture aux plantations et améliore la qualité du sol.
  • Montrer l’exemple ! Composter est une activité vertueuse, ludique et conviviale pour les enfants et les adultes.
  • Faire des économies ! Le compost remplace les engrais chimiques et les terreaux achetés en jardinerie.

Je souhaite composter

3 solutions, le compostage individuel dans le jardin ou le lombricompostage en appartement et le compostage partagé dans votre quartier ou en pied d'immeuble.

Ce qui se composte

  • Fruits et légumes, avec ou sans sauce. Y compris les agrumes, les oignons, l’ail et les pommes de terre.
  • Restes de repas cuit, cru, coquilles d’oeufs et de noix…
  • Feuilles mortes, fleurs fanées, branches en petits morceaux de 10 cm
  • Marc de café, thé filtre et sachet en papier compris, carton brun, boîte d’oeufs, rouleaux de papier toilettes…
  • En petite quantité : mouchoirs et essuie-tout, viande, poisson, fromage, pain

Ce qui ne se composte pas

  • Médicaments, produits chimiques, huiles minérales, tissus
  • Cendre
  • Bouchons de liège
  • Poussière, contenu du sac d’aspirateur, mégots de cigarettes
  • Litières animales
  • Produits biodégradables, même ‘‘Ok compost home’’ (sacs, vaisselle, couches...)

Les 4 règles d’or du compostage

  1. Fragmenter les déchets
    Couper les déchets de cuisine en morceaux et les végétaux en tronçons de 10 cm maximum
  2. Diversifier les apports
    Ajouter de la matière sèche à chaque apport de déchets alimentaires. 70% de déchets alimentaires pour 30% de matière sèche (feuilles mortes, broyat, tonte de jardin sèche)
  3. Surveiller l'humidité
    Trop : empêche l'aération, freine le compostage, dégage de mauvaises odeurs
    Pas assez : les déchets deviennent secs, les micro-organismes meurent, le processus s'arrête
  4. Aérer le compost
    Étaler les déchets à chaque dépôt, et brasser au moins une fois par mois à l'aide de la fourche (dans la profondeur des dents uniquement)

Les outils indispensables

  • Une fourche à fumier pour mélanger, décompacter et oxygéner les dépôts
  • Un sécateur ou un couteau pour couper les gros déchets en morceaux (peau de melon, branchages, etc...)
  • Un arrosoir avec pommeau pour humidifier votre compost en cas de besoin
  • Un tamis ou une cagette pour tamiser le compost

Comment utiliser le compost obtenu ?

  • Pour le rempotage des plantes avec un composte mature (+ de 12 mois) mélangé à de la terre. Il faut toujours mélanger le compost à de la terre, sinon il pourrait brûler vos plants. En général, on conseille 1/3 de compost pour 2/3 de terre.
  • En tant que paillage étendu en couche mince au pied des arbres, haies, parterres de fleurs avec un compost jeune (3 à 6 mois).

 

J’ai un doute, une question

Le Grésivaudan vous accompagne ou 04 76 08 03 03.