Actualités
 

Alerte sécheresse : passage au niveau alerte renforcée jusqu'au 30 octobre

Date de publication : Lundi 22 août 2022

Le niveau 3 d’alerte renforcée impose un certain nombre de restrictions. Chaque consommateur d’eau est invité à être particulièrement attentif à l’utilisation de cette ressource et au respect des mesures de restriction.

Voir l'image en grand

 

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable peuvent dans tous les cas être limités par arrêté municipal. Renseignez-vous auprès de votre commune.

 

Cet arrêté préfectoral est valable jusqu'au 31 octobre 2022 mais il peut être abrogé ou prolongé en fonction de l'évolution de la situation.

 

La levée de la situation de crise ne doit en aucun cas faire baisser le niveau d’alerte élevé sur le maintien des enjeux de sobriété dans l’application des mesures d’économie d’eau.

 


Quelle est la situation dans Le Grésivaudan ?

Pour l’ensemble du Grésivaudan, le taux de rendement moyen des réseaux d’eau potable* se situe aux alentours des 85%, un pourcentage en adéquation avec les objectifs de 71% fixés par le Grenelle de l'environnement. On  constate cependant des disparités territoriales et la situation s’avère tendue pour plusieurs communes : Crêts en Belledonne,  Sainte-Marie-du-Mont, le Plateau des Petites Roches, le Haut-Bréda, Saint-Maximin,…

 

Pour le service des eaux du Grésivaudan, l’objectif est donc d’accentuer la traque des fuites afin de sécuriser l’alimentation en eau potable. Une mission sur laquelle il travaille d’ailleurs déjà depuis 2018, année de la prise de la compétence.

Au regard des nouveaux éléments de cet été, un réajustement des priorités va être effectué avant la programmation des travaux. Si l’eau a continué de couler dans les foyers, les mots d’ordre étaient sobriété et vigilance.  En alpages, les agriculteurs ont fait remonter quelques situations d’urgence. Certains ruisseaux et cours d’eau étant à sec, il a parfois été compliqué d’abreuver les bêtes. Si des solutions d’urgence ont pu être mises en œuvre, la collectivité prévoit de travailler avec la Chambre d’Agriculture de l’Isère pour proposer un plan d’aide aux agriculteurs concernés ainsi que de réfléchir à des solutions plus pérennes car les étés caniculaires ne sont déjà plus des exceptions. 

 

* rapport entre le volume d'eau consommé par les usagers (particuliers, industriels), le service public (pour la gestion du dispositif d'eau potable) et le volume d'eau potable d'eau introduit dans le réseau de distribution. Plus le rendement est élevé (à consommation constante), moins les pertes par fuites sont importantes. De fait, les prélèvements sur la ressource en eau en sont d'autant diminués.

 

Retour en haut